L'Autre Net Bureau · Webmail · Aide · Wiki · Interventions · Irc · Mon

L’indépendance technique, principe fondamental

Réseau

Afin de garantir son indépendance, l’Autre Net participe au GIE Gitoyen, groupement d’intérêt économique dont le but est de mutualiser entre ses membres (des petites sociétés ou associations centrées autour d’Internet) les coûts d’accès et de maintenance d’une infrastructure informatique indépendante.

Gitoyen est un LIR, et en tant que tel, dispose de ses propres adresses IP qui lui sont allouées par les plus hautes autorités possibles (ici le RIPE pour l’Europe) et que Gitoyen annonce grâce à son numéro de Système Autonome (AS Number)

L’Autre Net paye donc sa bande passante Internet au GIE Gitoyen, qui se divise en 3 types de bande passante différentes :

- Le peering : ce sont des accords privés ou de groupe entre opérateurs pour échanger gratuitement (ou forfaitairement) de la bande passante au sein d’une même salle machine. Gitoyen participe activement à ces échanges et négocie donc de nombreux accords de Peering.

- Le transit partiel : ce sont des accords privés spéciaux avec des opérateurs amis pour disposer de bande passante vers un opérateur en particulier ou vers un groupe d’opérateurs (tel que les opérateurs dits puissants, canards noirs des opérateurs français, qui du haut de leur piédestal, se croient plus gros que tout le monde et ne veulent pas jouer le jeu de l’Internet...). On paye généralement ce transit partiel un prix modique.

- Le transit plein : ce sont des accords commerciaux avec des opérateurs transnationaux comme Abovenet, Level3 etc. à qui Gitoyen achète de la bande passante vers tous les opérateurs pour un prix dégressif.

Un exemple de graphique de mesure de bande passante

Logiciels

L’Autre Net utilise exclusivement des logiciels libres pour assurer son indépendance vis à vis des éditeurs de logiciels.

Nous utilisons de nombreux logiciels, la page Comment ? vous les liste tous. Par ailleurs, le panneau de contrôle des services AlternC a été mis au point initialement pour L’Autre Net par ses premiers administrateurs systèmes, en synergie avec les hébergés. Une page est consacrée à AlternC pour en expliquer les tenants et aboutissants